Quels sont les inconvénients de la morphine?

Lors de la prise de morphine ou dérivés ont été signalés : – Dès le début du traitement : une constipation, des nausées qu’il faut prévenir systématiquement. – Plus rarement : des vomissements, une dépression respiratoire, de la confusion mentale, une bradycardie, une hypotension orthostatique…

Quels sont les effets secondaires de la morphine ?

Fréquemment : somnolence, nausées, vomissements qui souvent régressent spontanément ; constipation qui nécessite la prise régulière d’un laxatif. Plus rarement : troubles psychiques ou troubles du sommeil, ralentissement respiratoire, difficultés à uriner, hypertension intracrânienne.

Quel effet peut faire la morphine ?

Les effets de la morphine sont principalement antidouleurs, y compris sur des douleurs puissantes et chronique. En plus de cet effet antalgique, elle provoque une sensation de détente, de mieux-être, et d’apaisement qui peut parfois s’accompagner d’une petite euphorie.

Est-ce que la morphine empêche de dormir ?

La morphine provoque une somnolence au début du traitement, ou lorsque les dosages augmentent. Cette somnolence est généralement passagère et s’atténue progressivement : il faut que votre corps ait le temps de s’adapter…

Quand on ne supporte pas la morphine ?

C’est bien sûr le cas de l’hypersensibilité à la morphine, mais il faut faire attention en cas d’insuffisance hépatique (diminution de l’élimination), d’insuffisance rénale (risque d’accumulation des dérivés actifs glucuronoconjugués), d’insuffisances respiratoires (risque majoré de dépression respiratoire).

C\'EST INTÉRESSANT:  Où trouver du CBD en Martinique?

Quels sont les effets secondaires du médicament ?

Nausées, maux de tête, démangeaisons, diarrhées, éruption cutanée… Les effets secondaires d’un médicament sont les réactions non voulues, susceptibles de se produire à la suite de la prise d’un traitement.

Quel est l’antidouleur le plus puissant ?

La morphine est l’antalgique puissant de référence aujourd’hui, même si d’autres molécules dérivées de la morphine ont été développées depuis.

Pourquoi donner de la morphine ?

La morphine s’utilise parfois lorsqu’une personne en est aux stades avancés d’une maladie et que son état de santé général se détériore. Si la personne ressent des douleurs d’une intensité moyenne à élevée ou est en état de détresse respiratoire, son médecin lui prescrira souvent de la morphine.

Pourquoi prescrire de la morphine ?

Bien qu’elle soit un très bon antalgique, elle n’est pas efficace contre tous les types de douleur. Le médecin peut prescrire d’autres médicaments tels que des anti-inflammatoires, des antidépresseurs ou des antiépileptiques. Il peut aussi prescrire un traitement non médicamenteux comme de la physiothérapie.

Pourquoi la morphine ne fait pas effet ?

Les douleurs sont diffuses dans une partie ou tout le corps. Une hypersensibilité se développe, c’est-à-dire qu’une légère pression devient douloureuse. Certains médicaments contre les douleurs deviennent inefficaces.

Est-ce que la morphine coupe l’appétit ?

Nous n’avons trouvé aucune preuve directe que les opioïdes impactaient la conscience, l’appétit ou la soif du patient lorsqu’ils étaient utilisés pour traiter la douleur du cancer.

Qu’est ce qui remplace la morphine ?

Les molécules utilisables en remplacement de la morphine avec une efficacité équivalente sont l’oxycodone et peut-être le tapentadol. Le tramadol, la codéine ou la buprénorphine sont des analgésiques moins puissants qui ne peuvent réellement remplacer la morphine.

C\'EST INTÉRESSANT:  Comment enlever l'odeur de tabac sur une veste?

Est-ce que la morphine donne des gaz ?

Les opioïdes entraînent une constipation en diminuant à la fois les contractions du tube digestif et la sécrétion de liquides dans l’intestin. Cet effet indésirable persiste tout au long de la prise de morphine.

Comment diminuer le manque de morphine ?

En bloquant l’expression du gène de la pannexine-1 ou en injectant dans la moelle épinière un produit qui dégrade l’ATP, nous avons montré qu’on pouvait atténuer considérablement les symptômes du sevrage à la morphine.»

Psychotropes